Coup-de-foudre à Lisbonne

Ma découverte de Lisbonne, je la dois à un ami. Il n’a cessé de m’en vanter les mérites au point d’attiser sérieusement ma curiosité. J’ai donc décidé d’aller y faire un petit tour…

Cela remonte à avril 2015. J’y suis resté une semaine. Depuis, j’y suis déjà retourné 3 fois… et totalise 32 jours sur place en 2015 !

Et pour cause, dès mon premier voyage, je suis tombé littéralement amoureux de cette merveilleuse ville !

Précisément dès ma sortie du métro à la station Baixa-Chiado ! Un grand « wow » est sorti spontanément de ma bouche ! Je venais à peine d’arriver. J’ai tout de suite compris que quelque chose de fort se passait entre Lisbonne et moi.

Lisbonne est peuplée en son centre d’environ 550 000 habitants répartis sur 83,7 km². Cette ville grouille de vie est est une véritable aubaine pour le photographe. Et plus particulièrement le vieux Lisbonne, situé dans le bas de la ville, appelé simplement Baixa (ville basse), en bordure du magnifique Tage est à mon sens le coeur de la ville. Un damier de rues reconstruites selon les désirs du Marquis de Pombal peu après le tremblement de terre de 1755.

Les places somptueuses comme la Praça do comércio (Place du commerce), la Praça Dom Pedro IV s’y enchainent. Les rues parfois sinueuses posées sur de magnifiques pavés aux motifs variés se succèdent les unes après les autres. Les sublimes façades des vielles maisons sont ornées des célèbres d’azuléjos. Ces petits carrés de faïence ornés de motifs géométriques ou de représentations figuratives sont apparus d’abord en Espagne, plus précisément en Andalousie, courant du 15ème siècle. Mais c’est surtout au Portugal que l’Azuléjo connut son apogée au cours du 18ème siècle.

L’étymologie du mot Azuléjo vient de l’arabe « al zulaydj »( زليج, ) qui veut dire « petite pierre polie ». Il est a noter qu’il ne vient absolument pas du portugais ou de l’espagnol « azul », qui veut dire bleu comme on pourrait facilement le croire. Ces petits carreaux de faïence ont une particularité formidable : celle de refléter magnifiquement la lumière!

De ce fait, les ruelles les plus étroites sont éclairées, les jours de beaux temps, d’une douce lumière diffuse créée par la simple réflexion des photons sur le haut des façades, baignées de soleil. L’azuléjo contribue donc largement à l’ambiance presque féérique, propice aux rêveries les plus romantiques, qui se dégage des rues du vieux Lisbonne. Assez proche de la Praça do comércio et des rives du Tage, se trouve le plus vieux quartier de Lisbonne : l’Alfama. De son non arabe « alfa maa » ( ألف ماء ) qui signifie « les mille sources ». Ce quartier magique ressemble à un ancien village aux ruelles étroites, escaliers abruptes et linge pendu aux fenêtres. Ici, tout le monde se connait et se salue. Il est l’un de mes quartiers de prédilections.

A son sommet, trône le Castelo De São Jorge (Château de Saint-Georges). C’est un château médiéval qui fut résidence royale jusqu’au xvie siècle. Situé en position dominante sur la colline la plus haute du centre historique, il offre aux visiteurs une des plus belles vues sur la ville et l’estuaire du Tage.

Et j’en passe ! Il y a tant de choses à dire sur la belle Lisbonne…  Mais pour sûr, d’autres articles suivront.

 

Yves